additive manufacturing

additive manufacturing

La fabrication additive : cette petite révolution industrielle adoptée par l'aéronautique

2mo ago
SOURCE  

Description

Le Journal de l’Aviation et Aerocontact TV se sont rendus à Blangy-sur-Bresle (Seine-Maritime) pour découvrir la société MB Proto, spécialisée dans la fabrication additive et dans le prototypage. Filiale du groupe MMB fondée par la famille Desjonquères en 1971 pour répondre aux besoins de l’industrie du luxe (prototypage de flacon de parfum), MB Proto a été l’une des toutes premières sociétés françaises à s’intéresser à la fabrication additive à partir de 1993. La PME normande emploie aujourd’hui une cinquantaine de salariés dont sept personnes dédiées spécifiquement au secteur aéronautique. Elle travaille en effet aussi pour le secteur automobile (par exemple des éléments de concept-car réalisés en résine par stéréolithographie), ainsi que pour des laboratoires dentaires pour lesquels elle réalise des empreintes en plâtre en impression 3D. Présente dans l’aéronautique depuis 2003, MB Proto a notamment réalisé des prototypes pour des fabricants de sièges d’avion ou des maquettes destinées à être testées en soufflerie, par exemple dans le cadre du programme de recherche européen SWIFT (Synergy of WInd Fast Testing). La société normande est actuellement en train de faire qualifier l’une de ses machines de fabrication additive métallique pour les besoins du groupe Safran et notamment pour des pièces destinées à voler. En plus de Sagem et d’Aircelle, MB Proto a en effet signé un contrat avec le motoriste Snecma pour produire des éléments du nouveau moteur cryotechnique Vinci qui propulsera l’étage supérieur des futurs lanceurs Ariane 5ME et Ariane 6. Pour ce faire, cette machine va notamment se restreindre à un seul alliage de type Inconel 718. Comme nous l’a précisé son directeur commercial Hervé Michel lors de notre visite, MB Proto ne va pas s’arrêter là et prévoit déjà d’acquérir une nouvelle machine qui sera également qualifiée pour le secteur aéronautique mais cette fois pour des alliages à base titane, un nouvel investissement estimé à près de deux millions d’euros. MB Proto, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 1,75 million d’euros l’année dernière, dont plus d’un tiers pour l’aéronautique, est membre de la filière Normandie AeroEspace (NAE).