diana dors

diana dors

Diana Dors 1968 Linda Hayden

1mo ago
SOURCE  

Description

Diana Dors was promoted as "The English Marilyn Monroe". She had the blonde hair and the curves but in fact she began her career long before Marilyn and Diana could act better as well. This nifty, late-60's British thriller is about a scheming teenage girl (Linda Hayden) who after her mother's suicide moves in with the family of her mother's married lover and proceeds to seduce all three of them (father, mother, teenage son)--two of whom may be blood relatives! If this sounds vaguely familiar, it's because it was the subject of an uncredited, near-remake by Hollywood in the early 1990's called "Poison Ivy", which spawned three increasingly trashy sequels and revived the career of Drew Barrymore. Hayden is actually much better here than Barrymore was in "Poison Ivy", but this movie is very hard to find today, no doubt because Hayden has several brief nude scenes and was about the same age at the time as her fifteen-year-old character. Diana Dors s'impose dans les années 50 comme la blonde érotique d'un cinéma britannique dominé par les brunes (Jean Simmons, Joan Collins) et qui alors importe des blondes étrangères (Odile Versois, Brigitte Bardot). Elle fait ses gammes dans des films signés David Lean, Charles Crichton, Frank Launder, Terence Fisher... L'importance de son rôle grandit dans L'Enfant et la Licorne de Carol Reed où elle a la grande Celia Johnson pour partenaire. Mais son film le plus célèbre est le suspense américain La Femme et le Rôdeur réalisé par John Farrow, où elle impose son talent dramatique face à Rod Steiger. Sacrée star internationale, elle tourne avec Victor Mature et Vittorio Gassman, se partageant principalement entre thrillers et comédies, en Italie, Espagne et plus tard Suède. Mais le succès au cinéma diminue rapidement. Jack Cardiff et Michael Winner la dirigent encore au début des années 60, et elle joue son propre rôle (limité) dans une farce française des Branquignols réalisée à Londres en 1964. Ses rôles se réduisent. Malgré des participations aux films de Jerzy Skolimowski et Jacques Demy, l'actrice se partage bientôt entre films d'horreur (avec des maîtres du genre tels que Freddie Francis) et érotisme plus ou moins trash. Filmographie partielle[modifier] 1948 : Les ailes brûlées drame criminel de David MacDonald avec Jean Kent, Dennis Price, Herbert Lom, Peter Glenville, Flora Robson 1948 : Oliver Twist de David Lean - Charlotte 1950 : Le démon de la danse de Charles Crichton, co-scénariste Alexander Mackendrick avec Donald Houston, Petula Clark 1951 : Lady Godiva Rides Again de Frank Launder avec Dennis Price, Kay Kendall, Joan Collins 1952 : The Last Page de Terence Fisher d'après James Hadley Chase avec George Brent 1952 : The Great Game de Maurice Elvey - Lulu Smith 1953 : Le Saint défie Scotland Yard de Seymour Friedman d'après Leslie Charteris avec Louis Hayward 1954 : Filles sans joie de Jack Lee Thompson avec Glynis Johns, Rachel Roberts 1955 : L'Enfant et la Licorne (A Kid for Two Farthings) de Carol Reed - Sonia 1955 : An Alligator Named Daisy de J. Lee Thompson - Vanessa Colebrook 1957 : La Femme et le rôdeur (The Unholy Wife) de John Farrow - Phyllis Hochen 1957 : Les Trafiquants de la nuit de Ken Hughes avec Victor Mature 1958 : La Blonde enjoleuse de Luigi Zampa avec Vittorio Gassman 1958 : Passeport pour la honte d'Alvin Rakoff avec Herbert Lom, Eddie Constantine, Odile Versois, Brenda De Banzie 1960 : Scent of Mystery de Jack Cardiff avec Denholm Elliott, Peter Lorre, Paul Lukas, Leo McKern 1961 : La Doublure du général de Melville Shavelson avec Danny Kaye, Dana Wynter, Margaret Rutherford 1961 : King of the Roaring 20's: The Story of Arnold Rothstein de Joseph M. Newman avec David Janssen, Jack Carson, Dan O'Herlihy 1961 : West 11 de Michael Winner 1964 : Allez France ! de Robert Dhéry - Elle-même 1967 : Le Coup du lapin de Seth Holt avec Richard Johnson, Carol Lynley, Sylvia Syms, Gordon Jackson 1967 : Le Cercle de sang de Jim O'Connolly avec Joan Crawford 1968 : L...